à lire

Sans titre, Une machine polygame

Bruno Peinado

Charpente métallique en acier galvanisé, enseigne lumineuse, commande électronique.

Sans titre, Une machine polygame

Bruno Peinado

 

Bruno Peinado se réapproprie les signes issus de notre monde contemporain (2) Dans ce processus il interroge le rapport que nous entretenons avec eux et réinvente un environnement symbolique signifiant.
 
(1) : L’œuvre « regarde » les voies ferrées qui arrivent à la gare Saint-Charles
(2) : Cette œuvre est un détournement ludique du grand écran lumineux des Rencontres du 3e type, film culte de Steven Spielberg qui permet de communiquer avec des extra-térrestres. Elle joue aussi avec l’imagerie pop et disco du fameux dance-floor lumineux de John Travolta dans la « Saturday nigth fever » de John Badham. ainsi que de la mythologie du voyage, de l’ailleurs, des principes de base de la communication : déchiffrer des signes, essayer de comprendre le message émis par l’autre.
 
« Il y a une dimension pop dans mon travail, puisque je redessine des images trouvées dans les magazines. Mais c’est un geste de réappropriation pour en comprendre le fonctionnement. Ce qui m’intéresse, c’est de remettre en jeu ces images ». Bruno Peinado.
 
Commande publique : Ministère de la culture et de la communication – DRAC PACA - Ville de Marseille 
Info