Présentation

Reste(s)

Mise en scène de Laureline Le Bris-Cep

les 8 et 10 janvier 2015

Ce 1er spectacle d’une jeune diplômée de l’ERAC questionne le rapport que sa «génération», vivant a priori en paix, entretient avec l’omniprésence environnante de la guerre.

les 8 et 10 janvier 2015
20h30

Reste(s)

Mise en scène de Laureline Le Bris-Cep

Librement inspiré de Guerre de Lars Norén, ce premier spectacle d’une jeune diplômée de l’ERAC questionne le rapport, grave ou léger, distant ou pas, que sa « génération », vivant a priori en paix, entretient avec l’omniprésence environnante de la guerre.

 

A quelques heures d’avion, à la télévision, dans les journaux, dans nos conversations, la guerre est un acouphène dont le sifflement fait partie de notre quotidien.

Nous, qui avons entre 22 et 28 ans et qui pouvons représenter une jeunesse privilégiée, sommes si proches de la guerre par le virtuel alors que nous en sommes si loin dans nos corps. Nous consommons la guerre, à la fois malgré nous, et parce qu’elle nous fascine. Spectateurs à distance d’un enfer contemporain, comment rapprocher ce thème de nous-mêmes ?

Ce travail est une investigation collective.

Une histoire d’abord, celle de la pièce Guerre de Lars Norén, qui trace le parcours d’une famille et nous plonge dans ce qu’il reste d’un homme, d’une femme, d’un enfant, après la tentative de déshumanisation qu’ils ont subie.

Des faits journalistiques viennent alimenter la trame narrative, nous permettant de rester ancrés dans des faits réels. Nous sommes ainsi à la frontière entre une fiction, frôlant parfois le « drame bourgeois », et le témoignage de guerre.

Des propositions des comédiens ainsi que des textes écrits à partir de leur propre parole viennent entrecouper cette fiction. Car ce qui les implique n’est pas tant la guerre comme phénomène, que ce qu’elle génère comme questionnement face à eux-mêmes. Une quête de mémoire et d’identité. Une recherche d’espoir, de poésie…

Dans la rencontre entre le langage de Lars Norén et le nôtre, nous interrogeons nos clichés avec humour, autodérision, tout en veillant à ne pas tomber dans une ironie facile, ni se lamenter sur l’état du monde.

Laureline Le Bris-Cep

 

Chaque année, 4 projets personnels d'élèves de 3ème année de l'ERAC sont présentés 1 fois à la Friche la Belle de Mai au terme de 10 jours de travail.

Compte tenu de la qualité des créations proposées, la Friche la Belle de Mai et l'ERAC ont décidé d’accompagner l'une d’entre elles : celle-ci sera accueillie 3 semaines à la Friche pour une résidence de re-création suivie de 2 représentations publiques.

Les professionnels et le public seront invités à découvrir ces jeunes talents émergents.

 

Teaser 1

 

Teaser 2

 

 

Dans le cadre de
2015 entre en scène !

2015 entre en scène !

Spectacle vivant

du 8 au 25 janvier 2015 | voir horaires des représentations

Avec le Festival Parallèle, Reste(s) de Laureline Le Bris-Cep, Prison Possession de François Cervantes et Découpages par la Cie Piccoli Principi.
Info