à lire

Recette d’une bonne carriole

en poésie...

Prenez un artiste créateur de formes exubérantes, mariez-le avec un chef cuisinier, homme ou femme, ayant savamment...

Recette d’une bonne carriole

en poésie...

 

La recette

 

Prenez un artiste créateur de formes exubérantes,

mariez-le avec un chef cuisinier, homme ou femme, ayant savamment

mariné dans les fragrances méditerranéennes ou africaines.

Associez un manipulateur d’objets et un jongleur d’ingrédients culinaires.

Agrégez patiemment un architecte du sensible et un designer du goût

selon une alchimie difficilement explicable, car elle relève de l’affinité

élective.

Laissez la sauce prendre en intégrant des pincées d’épices populaires.

Après un temps de macération suffisant,

extrayez un dessin et différents plans.

Puis, dans un atelier spécialement prévu à cet effet,

émulsionnez les différents matériaux de construction.

Faites ainsi monter une Carriole ”joueuse” et délicieuse à regarder.

Votre recette devra obligatoirement intégrer différents éléments

(containers frigo, container à eau, poubelle, accroches pour les ustensiles,

kit de nettoyage, abri soleil ou pluie, système d’éclairage…).

À ce titre, n’oubliez pas de prévoir un ”espace vert”

afin de planter au moins trois plantes aromatiques.

N’hésitez pas à ajouter une pointe de magie.

Votre préparation sera mise en oeuvre par une seule personne.

Réfléchissez donc à l’ergonomie et à la fonctionnalité.

Le ”carrioliste” aura tout à portée de la main.

Son outil de travail sera monté et démonté en trente minutes.

Rajoutez avant de dresser la table le mobilier nécessaire à l’accueil du

public. Le tout sera servi dans des tenues réalisées par les élèves

d’un lycée professionnel accompagnés par une styliste.

Simultanément, puisez dans les ingrédients d’une cuisine de rue bon

marché, de proximité et de saison.

Travaillez tour à tour la friture, la vapeur, le grill, la plancha, les fruits

et les salades…

Autour de ces pôles de cuissons réinventez les arts de la subsistance.

Faites ainsi confiance aux chefs cuisiniers pour ouvrir de nouveaux

territoires culinaires. Composez alors des cahiers de recettes alliant

simplicité et innovation.

Tout est prêt.

Amenez votre Carriole sur la place publique,

un espace du quotidien ou dans un lieu évènementiel.

Vous n’avez plus qu’à lancer ”L’appel des Carrioles”…

Et à accueillir tous ceux qui, par la vue, l’odeur et le son, auront été alléchés.

 

 

Le projet propose de revisiter le principe de la cuisine de rue à des “créateurs de l’extraordinaire”. Il s’agit d’un processus croisé et partagé, réunissant des chefs cuisiniers et des concepteurs, chargés de penser conjointement l’imaginaire, le fonctionnement et les productions culinaires des Carrioles :

• Chaque concepteur de Carriole est associé à un chef qui, tout au long de la création de l’objet, fait figure de point de référence, prodiguant les conseils techniques nécessaires, et élaborant en fonction du mode de cuisson choisi, des recettes correspondant aux critères de la rue.

• Chaque machine a sa spécificité esthétique et gastronomique et peut fonctionner en autonomie ou bien de concert.

• Cuisson à la vapeur, à la plancha, au wok ou bien fritures, les habitants pourront se régaler de nombreuses recettes toutes élaborées par des chefs, à un coût moindre puisque le ticket se situera entre 5 et 10 euros la portion.

Choisir la rue comme lieu de vente n’est pas anodin : car la rue est une scène. Parions que les “grandes Carrioles”, en investissant ce terrain, susciteront curiosité et envie, créant à Marseille “un phénomène de rue” !

Info