à lire

Marie Michelle Deschamps

Artiste en résidence chez Triangle France de mai à juillet 2014

Marie Michelle Deschamps

Artiste en résidence chez Triangle France de mai à juillet 2014

Triangle France

Née en 1980, Montréal. Vit et travaille à Glasgow, Royaume-Uni et Montréal.

Le travail de Marie-Michelle Deschamps explore les problématiques du processus de signification, et joue des frontières fragiles qui organisent le monde. De la lettre au mot, du mot à l’image, du livre à l’objet, ses installations réinventent, dissèquent et déconstruisent le langage pour mieux interroger la relation entre les mots et les choses, et ce, en donnant à voir entre les lignes du texte le langage comme expérience. Ses installations sont des mises en scène étranges, des œuvres immersives et ambigües dans lesquelles objets trouvés, sculptures et images dialoguent.
Née à Montréal en 1980, Marie-Michelle Deschamps, vit et travaille à Montréal et à Glasgow au Royaume-Uni où elle a obtenu une maîtrise en arts visuels à la Glasgow School of Art en 2012. Ses expositions récentes comprennent: I am thinking of you, Battat Contemporary, Montréal (2014);
Valise, BQ, Berlin (2013), Allemagne; Routine Investigations, un duo avec Justin Stephens au CCA, Glasgow (2013); Standard, David Dale Gallery, Glasgow (2013); Don’t leave me this way, Kunstlerhaus Bethanien, Berlin (2012). En 2014, Deschamps présentera son travail lors de trois expositions individuelles; Don’t Trip Over the Wire ! à la Collective Gallery, Édimbourg et à la Galerie Gregor Staiger, Zurich et à Battat Contemporary, Montréal. En novembre 2013, elle fut l’artiste en résidence à Studio Voltaire, Londres.

 

Sa résidence à Triangle France
Le livre Le Schizo et les Langues de Louis Wolfson décrit son dégout pour sa langue maternelle ainsi que les procédés par lesquels il parvient à « noyer » le discours des personnes parlant l’anglais autour de lui; en utilisant d’abord un dispositif composé d’un stéthoscope branché sur un appareil radio diffusant des émissions de musique classique ou des radiodiffusions en langues étrangères (il prétend d’ailleurs avoir inventé le walkman) pour ensuite développer un
système plus complexe de traduction simultanée où il fait correspondre les mots anglais parlés ou écrits, à des mots étrangers, similaires en sons et en sens. Depuis la découverte de Wolfson en travaillant à l’écriture de mon plus récent livre d’artiste, La chambre double/The Twofold Room, j’échange et je corresponds avec ce personnage singulier.
C’est donc mon dialogue avec Louis Wolfson et ses réflexions abordées dans son livre qui sont les prémisses du projet sur lequel je travaille actuellement en résidence à TRIANGLE. Concrètement, ce travail de recherche et de production consiste en la création d’une pièce sonore inspirée du processus de traduction de l’auteur américain, de nouvelles sculptures, de photographies et d’une nouvelle série de bas reliefs muraux. Le travail de recherche réalisé à TRIANGLE résultera en une installation intitulée Don’t Trip Over the Wire..!,  diffusée en deux temps; à Edimbourg en Écosse en juillet et à Zurich en Suisse en octobre.

Info