Présentation

Le braquemard du pendu

Cie La Mondiale générale

les 18, 21 et 22 février 2015

Cirque et équilibre sur objets, à partir de 10 ans.

les 18, 21 et 22 février 2015
voir horaires détaillés

Le braquemard du pendu

Cie La Mondiale générale

Théâtre Massalia

“L’absurde c’est la raison lucide qui constate ses limites. ” Albert Camus

 

Le braquemard du pendu est une pièce conçue comme un mythe, au croisement entre l’absurdité de Sisyphe et la bêtise de Babel. Une succession de rituels nous révèle un cirque imagé et épuré.
Le cirque n’est-il pas une éternelle répétition de mouvements, simples et performants, perpétuels et sans but ? Le nôtre se trouve entre le graveleux et le concept, entre le cirque et l’installation plastique, entre le vivant et le pérenne.

 

Le con et l’idiot sont isolés, dans un monde hors du monde, sans référent de temps ou d’espace : dans une autre réalité. On hésite entre un rêve et un cauchemar. On ne connait pas leur passé et encore moins leur futur… On ne sait pas pourquoi ils sont là. Dans cet univers, ces questions sont inutiles. Seuls les actes et le présent comptent. 

Alexandre, artiste de cirque, travaille sur les différents rapports physiques et émotionnels liés à l’équilibre (Chérid’Amour, Attention Fragile, CahinCaha, Un Loup pour l’homme).
Timothé, régisseur général, a tenu, dans plusieurs spectacles (Toto Lacaille, CahinCaha), une place entre le régisseur et l’acteur.
Dans le Braquemard, l’envie et la nécessité amènent Timothé à porter sur la scène des actes signifiants.

 

Naît alors la volonté de se questionner pertinemment, à la genèse du projet et tout au long du processus de création, sur ce rôle complexe et excitant.
Le braquemard du pendu est le point culminant de cette rencontre commencée sur l’Escalier et Braquemard #1 .
Le bastaing est un objet lourd et imposant. La pratique de l’équilibre sur cet objet impose une gestion de l’espace et un rythme très particulier. La lenteur est une composante évidente de notre écriture mais le rôle de Timothé (le con) est celui qui fait « avancer » la machine. Même si la progression est une illusion dans cet univers, le con apporte du changement, il propose de nouvelles situations, induit de nouveaux problèmes.
Dans Le braquemard du pendu, le duo d’acteurs est affirmé, assumé. Le con et l’idiot racontent leur mythe, leur histoire à travers une succession de fresques situationnelles.

Dans le cadre de
Jeux de Cirque

Jeux de Cirque

Week-end Made in Friche

les 21 et 22 février 2015 | voir horaires détaillés

La Biennale et la Friche invitent circassiens et autres artistes à investir toute la Friche pour réinventer, réinterpréter et bousculer cet art ancestral !
Info