à lire

L’Autre Guerre

au Guatemala

L’Autre Guerre

au Guatemala

Le Bec en l'air

  1. L'autre guerre
Éditions le Bec en l’air
Photographies et textes : Miquel Dewever-Plana
 
L’autre guerre, c’est celle, non déclarée, qui au Guatemala fait aujourd’hui autant de victimes que durant le conflit armé des années 1980. Ce pays de 14 millions d’habitants est devenu l’un des plus dangereux au monde, avec 18 assassinats en moyenne par jour dont 98 % classés sans suite.
 
Les jeunes des quartiers défavorisés rejoignent les maras, des gangs ultra-violents qui terrorisent la population. Corruption généralisée, narcotrafic, traite de personnes, trafic d’armes, alcoolisme, inceste… autant de fléaux favorisés par la pauvreté, le chômage et des familles détruites par la guerre et l’immigration.
C’est cette réalité, qui un jour pourrait devenir la nôtre, que documente le photographe Miquel Dewever-Plana depuis plus de dix ans. Avec une certitude : c’est le manque d’éducation, la fragilité des structures sociales et l’impunité qui font le lit de la violence. Son travail photographique, qui ne peut laisser indifférent, fait écho aux témoignages de tous les protagonistes de cette « autre guerre ». 
 
Préface de Jean-François Leroy, directeur du festival Visa pour l’image de Perpignan.
Postface d’Amnesty International.
Miquel Dewever-Plana accompagne ses photographies de témoignages qu’il a collectés depuis 2007 au Guatemala.
 
Deux livres, un web-documentaire
Ce livre paraît en même temps que la sortie d’un web-documentaire de Miquel Dewever-Plana et Isabelle Fougère, intitulé Alma, une enfant de la violence, produit par Upian, Arte et l’agence VU’, qui traite à la fois de l’histoire d’Alma et de la violence au Guatemala, http://alma.arte.tv/fr/.
Sur le même sujet, et à partir de l’histoire de cette jeune Guatémaltèque,  Le Bec en l’air publie également Alma (coll. Collatéral) avec un récit littéraire d’Isabelle Fougère et des photos de Miquel Dewever-Plana. 
 
Photojournaliste d’origine catalane, membre de l’agence VU’, Miquel Dewever-Plana a vécu dans différentes communautés mayas du Mexique et du Guatemala entre 1995 et 2000. Il a ensuite documenté le génocide maya perpétré dans les années 1980 par l’armée guatémaltèque, travail qui a été récompensé en 2008 par le Prix journalisme et droits de l’homme au Festival de Gijón. Son immersion régulière chez les Lacandons, peuple de la forêt chiapanèque du Mexique, a abouti au récit photographique Hach Winik, paru au Bec en l’air en 2009. En 2010, il a obtenu le Getty Images Grant for Editorial Photography (New York) afin de poursuivre son travail sur la violence au Guatemala dont ce livre est l’aboutissement.
 
 
 
 
 
 
Info