à lire

Brumes à venir

À la recherche de la Belgique

La Belgique, cofondatrice de l’Union européenne, jeune royaume d’à peine 180 ans, traverse une crise politique dont la gravité menace son existence même.

Brumes à venir

À la recherche de la Belgique

Le Bec en l'air

 

La Belgique, cofondatrice de l’Union européenne, jeune royaume d’à peine 180 ans, traverse une crise politique dont la gravité menace son existence même. La Belgique a-t-elle encore un sens en tant qu’État ? Et en tant que bien commun de plus de 10 millions d’individus s’exprimant dans trois langues officielles ?

 

De canular télévisé en débat public décomplexé, le pays s’abîme dans les caprices identitaires et le malentendu. Cette attitude commune devant la vie, joyeux florilège d’hospitalité et d’autodérision, de nonchalance un brin fataliste et de bonheur mélancolique, cette posture que l’on nomme « belgitude » existe-t-elle encore, si elle a jamais existé ?

Belge expatrié en France depuis 2001, Frédéric Lecloux est parti remuer l’humus de sa terre natale. Sa quête documentaire s’est peu à peu augmentée d’une dimension autobiographique : « Est-ce bien un pays que j’ai quitté, et qu’y ai-je laissé ? » Son écriture photographique et littéraire sert ici un questionnement intime et identitaire.

 

Extrait du texte

« Le Belge se console de tout par l’excès, en particulier de cette nostalgie sans objet, sans soubassement, de ce drame héréditaire d’avoir été abandonné le jour de sa naissance dans un territoire qui n’existe pas, projeté dans une singularité spatio-temporelle que personne n’a résolument souhaitée, où il ne pourra jamais rêver ni croire à rien. La Belgique est née contre, pas pour. Contre le Hollandais, pas pour inventer un avenir commun au Flamand et au Wallon. Née contre, elle mourra contre. Elle est en train. Hélas. »  F.L.

 

Frédéric Lecloux est photographe et écrivain. Né en 1972 à Bruxelles, il vit en France, dans la Drôme. Son écriture photographique, tout en lenteur et poésie obsessionnelles, marie portraits en intérieur, objets du quotidiens et paysages, que ce soit sur les routes de Nicolas Bouvier, dans un Népal en pleine mutation ou aux prises avec ses propres souvenirs. Son travail est distribué par l’agence VU’.

Aux éditions Le Bec en l’air, il a déjà publié L’Usure du monde. Hommage à Nicolas Bouvier (2008) et Le Simulacre du printemps (avec un texte d’Ingrid Thobois, coll. Collatéral, 2008).

 

Photographies et texte
Frédéric Lecloux

23 x 16,5 cm

144 pages

Couverture cartonnée

100 photos en couleurs
ISBN 978-2-916073-69-9

32 €

Info